RÉÉDUCATION DU PÉRINÉE

 

L’historique de la rééducation du périnée

> Le réentraînement des muscles du plancher pelvien dans le traitement de l’incontinence urinaire a été décrit depuis fort longtemps dans les livres chinois qui traitent de « Deer Exercice » qui fait partie des techniques du taoïsme.

> Les moines taoïstes de la Chine ancienne avaient développé dans les exercices de « qi gong » différentes pratiques pour fortifier et tonifier le même groupe de muscles pour leur santé, leur longévité, leur plaisir sexuel et leur développement spirituel. Les Yogis hindous pratiquent des exercices similaires dans le cadre du Hatha Yoga connus sous le nom d’Aswini Mudra (le geste du cheval), encore enseignés de nos jours.

> Hippocrate et Galien ont décrit des exercices de renforcement du plancher pelvien que l’on pratiquait dans des bains ou des gymnasiums de la Grêce et de la Rome antiques. Ce n’est que dans certaines traditions asiatiques que le plancher pelvien est cité comme puissant allié dans la sexualité. En effet, d’autres cultures orientales sont plus au fait du rôle de cette musculature dans le plaisir sexuel.

> En Asie et surtout au Moyen Orient, les danses sont synonymes du plaisir autant pour les danseuses que pour les spectateurs. La grande règle en danse orientale est l’isolation des différentes parties du corps, c’est-à-dire leur mobilité en toute indépendance. Cet apprentissage permet une prise de conscience ainsi qu’une maîtrise des différentes parties de leur corps et notamment du périnée.

> Plus tard, en 1936, Margaret Morris a introduit le réentraînement de ces muscles dans les techniques de tension/relaxation pour traiter l’incontinence. Mais c’est au début des années 1950, qu’un gynécologue américain Arnold H. Kegel a popularisé cette méthode qui est vite devenue universelle. Aux Etats Unis, on parle même de « Keegeling ». La méthode est simple et a été proposée après accouchement ou après certaines interventions chirurgicales mais également pour améliorer la sexualité.

> En France, Alain Bourcier, avec le soutien des professeurs français P. Minaire, A. Leriche et A. Pigné parviendra à obtenir la prise en charge de la rééducation post-natale. Ce décret « Evin » date du 2 août 1985 et donne aux femmes après leur accouchement 10 séances rééducation post-natale. C’est une particularité française qui d’ailleurs suscite quelques commentaires ironiques de la part de la presse anglo-saxonne (The Gauardian, The Telegraph, The New York Times). Les journalistes écrivent que la France est l’un des rares pays qui parraine un tel programme !

 

Les différentes méthodes de rééducation du périnée

La méthode manuelle

Cette méthode consiste à un toucher vaginal suivi de pressions légères à partir des muscles du vagin, afin de diriger la pression vers les muscles ayant besoin d’être contractés. Toutes les séances devraient débuter par un travail manuel : le toucher vaginal permet d’évaluer les différents faisceaux musculaires du périnée.

Les exercices de Kegel

Nous vous recommandons de lire attentivement pour mieux réaliser ces exercices la brochure « Exercices de Kegel Guide pratique pour les femmes ».

Les gymnastiques périnéales

Inspirées de la fameuse méthode Pilates, elles associent respiration et mouvements très doux, ce qui permet de tonifier le plancher pelvien, tout en procurant bien-être et détente. Une nouvelle méthode ABPelvicGym plus globale prenant en considération la respiration abdominale, les bonnes postures et les chaînes musculaires synergiques (associées) du périnée est proposée en cours à deux niveaux : Cours « Softly » : programme d’exercices sans impact et Cours « Dynamic » : programme d’exercices debout avec matériel de fitness.

Les cônes vaginaux

Cette technique a été mise au point par S. Plevnik (Yougoslavie) en 1986 et consiste à faire travailler les muscles du plancher pelvien en insérant dans le vagin des cônes de taille et de forme identiques mais de poids différents. Elle présente le gros avantage d’obliger la femme à ne contracter que les muscles du plancher pelvien. Si la contraction abdominale est plus forte que la résistance périnéale, le cône va se trouver expulser. Cette technique peut s’effectuer seule à la maison et ce sans assistance médicale.

Le biofeedback

Cette méthode basée sur une rétro information va permettre au patient de visualiser le travail effectué, de l’analyser, de le corriger. C’est l’électrode ou la sonde qui permet l’enregistrement de contrôle sur un écran. Cette méthode permet de prendre conscience de la localisation des muscles et de percevoir les sensations de contraction et de détente.

La stimulation électrique

L’électrostimulation est la technique la plus fréquemment utilisée pour la rééducation de la pathologie périnéale en France. Son principe simple est basé sur l’utilisation de courants électriques transmis par le biais de sondes à placer dans le vagin ou l’anus ou d’électrodes externes collées sur la région périnéale. Le stimulateur stimule les nerfs des muscles du périnée par de très légers courants électriques indolores, pour renforcer le plancher pelvien. L’électrostimulation périnéale peut-être pratiquée en cabinet chez un kinésithérapeute ou une sage-femme.

L’électrostimulation à domicile

L’électrostimulation périnéale à domicile a montré son efficacité. Mais il est conseillé de faire quelques séances avec un thérapeute pour être assuré de la bonne commande volontaire du périnée. Il existe plusieurs appareils avec sonde comme Keat ou Gynefflik. Plus récemment a été commercialisé un système sans sonde vaginale : Innovo.

Pour en savoir plus sur Innovo™, cliquez ici

 

Lorsque vous rencontrez des problèmes

> Dès que les exercices de Kegel sont réalisés avec succès, commencez ABPelvicGym pour une plus grande et rapide efficacité. Par contre, en cas de non amélioration après une période de 3 mois, demandez un avis médical pour permettre de déterminer quelles options thérapeutiques, parmi celles décrites, pourraient être envisagées : biofeedback, stimulation électrique, auto-rééducation à domicile ou intervention chirurgicale.

page4_image1
page4_image2
page4_image3
page4_image5
page4_image4