LE CORE

 

Qu’appelle-t-on « The Core » ?

Vous connaissez surement l’expression « Core» ou encore « Centrale énergétique » utilisée dans la méthode Pilates pour désigner cette région de votre corps.

Le « core » possède de nombreuses fonctions :

  • Les muscles du plancher pelvien fonctionnent avec les abdominaux profonds, les muscles du dos et le diaphragme pour soutenir la colonne vertébrale et contrôler la pression à l’intérieur de l’abdomen.
  • Dans la situation idéale, la régulation de la pression dans l’abdomen se produit automatiquement. Par exemple, lors du soulèvement d’un poids, les muscles du «noyau» et surtout les muscles du plancher pelvien se contractent en harmonie.
  • Dans le cas où l’un des muscles du «noyau», y compris le plancher pelvien, est affaibli ou endommagé, cette action automatique coordonnée peut être modifiée. Le plancher pelvien sera alors en surcharge.
  • Cela peut entraîner une perte de contrôle de la vessie ou un prolapsus (descente d’organes). Si un problème existait déjà (faiblesse familiale, grossesse, accouchement, ménopause), les symptômes du plancher pelvien pourraient être aggravés.
  • En d’autres termes, le développement d’un « noyau » fort est essentiel pour :
    • Les emplois qui impliquent la position debout permanente, le port de charges ;
    • De nombreuses activités sportives, moins souvent mentionnées les activités sexuelles, qui nécessitent également une puissance et une flexibilité essentielles;
    • Les tâches ménagères, le jardinage : la torsion, le port, le martelage, le nettoyage sont des actes qui nécessitent le « noyau ».

 

Existe-t-il d’autres muscles importants ?

  • Le petit bassin est fermé par les muscles du plancher pelvien et les muscles rotateurs de la hanche. Il existe des muscles synergiques (qui travaillent en même temps) pour renforcer son action. Des muscles anatomiquement différents vont associer leurs actions pour assurer le déroulement complet du mouvement.
  • Il existe une synergie des muscles du périnée avec certains muscles :
    • Le muscle grand fessier ou gluteal qui est extenseur de la cuisse;
    • Les muscles pelvi-trochantériens sont des muscles dont la principale fonction est la rotation externe de la hanche. Deux de ces muscles ont une relation anatomique avec le périnée : le muscle obturateur interne et le muscle piriforme;
    • Les adducteurs vont du pubis au fémur. Ils entraînent une adduction qui est l’action de rapprocher un membre inférieur de l’autre.
  • Pour faciliter le recrutement des muscles du périnée « très faible », d’autres muscles seront ainsi sollicités. Le périnée ne travaille pas isolément et les muscles cités seront utiles dans son renforcement en utilisant des postures différentes.
  • Une autre importante synergie est la synergie abdomino-périnéale qui répond aux différents synchronismes mettant en interaction ces deux musculatures, abdominale et périnéale, lors des manœuvres d’effort.
  • Pour obtenir un résultat durable, la pratique régulière de méthodes type Pilates, gymnastique hypopressive et de toute gymnastique qui intègre respiration, posture et contractions du périnée, est hautement recommandée.
  • C’est dans cet esprit que nous avons conçu notre nouvelle méthode : AB PelvicGym.
page3_image1
page3_image3
page3_image2
page3_image4