PÉRINÉE ET SPORT

 

Périnée et Sport : la pratique sportive peut être néfaste au périnée !

Considérée longtemps comme une pathologie du vieillissement ou de la femme multipare, l’incontinence urinaire est également reconnue depuis les travaux de ces dernières années, comme une pathologie de la femme jeune, sportive, en bonne santé. 30% des sportives se plaignent de fuites urinaires par rapport aux femmes du même âge mais ne pratiquant pas de sport : Pourquoi cette différence ?

Plus de sport, plus de fuites ?

La rupture d’équilibre entre une pression abdominale « non absorbable » et un plancher pelvien défaillant est à l’origine de l’incontinence. À ces modications anatomiques s’ajoute une fatigabilité musculaire du plancher pelvien : la force diminue de 20 % après 90 minutes d’exercices intenses. La pratique d’un sport, est un facteur de risque d’incontinence. L’incontinence amène 20% des femmes à arrêter le sport. 40% de celles qui continuent changent de discipline. Les autres ont recours à une protection pour poursuivre leur activité préférée.

Votre sport préféré favorise-t-il l’incontinence ?

En 1994, une classification des sports en fonction de la pression abdominale qu’ils provoquaient a été proposée (Bourcier AP, Juras JC. Urinary incontinence in sports and fitness activities. Medicine & Science in Sports & Exercise. 1994, 26(5) : S143, May 1994). En s’aidant de la mesure de la pression intravaginale mesurée par capteur, une hiérarchie des sports à risque a pu être établie. Ils ont en déduit leur effet néfaste pour le périnée et leur propension à provoquer des fuites urinaires, des descentes d’organes et même des bruits d’air vaginaux.

Comment éviter les fuites ?

Si vous êtes concernées par des fuites urinaires lors de la pratique de votre sport préféré, il faut choisir une autre activité où le corps est porté et les efforts mieux répartis et moins violents. Les sports à faible risque : natation ; vélo ; patinage ; tir ; marche ; roller ; golf, sont conseillés. Il faut pratiquer très régulièrement les Kegels déjà décrits, utiliser les cônes vaginaux à votre domicile en complément. Ne pas hésiter à consulter un professionnel de santé qui vous aidera à prendre conscience de votre périnée souvent mal intégré à votre « schéma corporel ». Grâce au biofeedback, vous visualiserez sur écran la dissociation entre la vraie contraction du périnée et les muscles « parasites » tels que les abdominaux.

Tentez les programmes conçus pour les sportives

Dans des cas plus sévères, il vous est possible de bénéficier du « MAB program ». Il s’agit d’une méthode dérivée du biofeedback. L’appareil mesure à distance les forces de contraction du périnée lors des exercices physiques. Les informations recueillies sont transmises à un ordinateur qui exprime, via un écran de contrôle, les données en temps réel. Ainsi, vous pouvez adapter et doser votre verrouillage du périnée.

AB PelvicGym méthode originale déjà décrite, concilie les impératifs de conservation du tonus périnéal et l’amélioration de la condition physique. Elle combine gymnastique, exercices de yoga et aérobic, avec intégration du verrouillage périnéal.

La pratique du sport est généralement régulière et donc nécessite un entretien permanent. C’est donc là plus qu’ailleurs que l’auto-rééducation à domicile a toute sa raison d’être. Idéalement, ces techniques devraient aussi être intégrées aux programmes de remise en forme et dans l’entraînement des femmes sportives. Après chaque entraînement, l’utilisation d’Innovo® redonne le tonus du périnée mis à rude épreuve durant la pratique de son activité et on comprend mieux le slogan «Innovo™ le Fitness du Périnée »

Si vous êtes très gênée par vos fuites urinaires pendant le sport, une intervention peut être envisagée. La pose d’une bandelette synthétique, technique non invasive peut même être réalisées en ambulatoire. Une bandelette de technologie novatrice et de nouvelle génération présente certains avantages tels que : incision unique ; facile à insérer ; bandelette ajustable et retour aux activités après seulement 2 semaines.

Tentez les programmes conçus pour les sportives

Si le choix d’un sport est affaire de cas individuel, il faut cependant privilégier les disciplines d’endurance sans trop d’impacts telles que la natation, la marche, le vélo, le roller et la gymnastique douce. Pour celles qui souhaitent pratiquer d’autres activités, il serait préférable de réaliser un bilan périnéal puis proposer, si nécessaire, une rééducation préventive. Idéalement, ces techniques devraient aussi être intégrées aux programmes de remise en forme et dans l’entraînement des femmes sportives.

Nous vous recommandons de lire attentivement pour mieux réaliser ces exercices la brochure « INNOVO, le fitness du périnée ».

page7_image1
page7_image2
page7_image3